Suivre en temps réel la qualité de l’air intérieur permet de disposer des informations utiles pour maintenir des conditions saines dans les bâtiments

La qualité de l’air intérieur est importante et réglementée par la loi. Dans un article précédent, nous avons déjà mentionné comment en Belgique, une loi fédérale est entrée en vigueur en 2019 pour réglementer les normes de qualité de l’air intérieur. Cependant, la situation actuelle rend encore plus critique de pouvoir la surveiller et agir en conséquence afin de garantir des environnements sains, comme les écoles, les bureaux et les maisons de repos.

Pendant la pandémie, les 226 résidents d’une maison de repos au Québec ont tous été contaminés par la Covid-19. Le virus était présent dans l’air et a été retrouvé partout dans le bâtiment. Comment est-ce arrivé? Les systèmes de ventilation n’étaient pas fonctionnels dans le bâtiment et, selon Caroline Duchaine, spécialiste des bioaérosols à l’Université Laval, «le manque de ventilation a sans doute permis au virus de s’accumuler dans l’air et de s’installer dans des endroits éloignés des patients infectés».

Ce que nous savons concernant les voies de transmission du virus

Les données actuelles suggèrent que la transmission par voie aérienne peut se produire de deux manières:

  1. Transmission par contact étroit, par de grosses gouttelettes (> 10 microns) qui sont libérées et tombent sur des surfaces à moins de 1 à 2 m de la personne infectée.
  2. Transmission aérienne par de petites particules (<5 microns), qui peuvent rester en suspension pendant de plus longues périodes et être transportées sur de longues distances. Cette voie de transmission n’est pas confirmée par l’OMS, mais sur la base du principe de précaution, cela doit être pris en compte pour gérer la ventilation dans les bâtiments.

Ceci suggère que garder une distance de 1 à 2 m des personnes infectées pourrait ne pas être suffisant et que augmenter la ventilation permettrait d’augmenter l’élimination d’une plus grande quantité de particules.

Recommandations actuelles pour limiter la transmission aérienne

Lorsqu’il n’y a pas de CVC en place

Conformément aux recommandations de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), il est important d’ouvrir les fenêtres et les portes dans des environnements fermés (écoles, immeubles de bureaux, etc.) afin de s’assurer que le lieu est bien ventilé.

Quand un système CVC est en place

Conformément aux recommandations de la REHVA (Fédération des associations européennes de chauffage, de ventilation et de climatisation), dans les bâtiments équipés de systèmes de ventilation mécanique, des durées de fonctionnement prolongées sont nécessaires afin d’éliminer les particules virales du bâtiment et d’éliminer les particules virales libérées des surfaces. Il est donc conseillé de démarrer la ventilation quelques heures plus tôt et de l’éteindre plus tard que d’habitude, ou de maintenir la ventilation en marche 24h / 24 et 7j / 7, éventuellement avec des taux de ventilation réduits (mais non désactivés) en cas d’absence.

En pratique: comment surveiller la qualité de l’air intérieur en temps réel?

Afin de pouvoir suivre les recommandations actuelles, il est important de mettre en place un système de suivi à distance les paramètres de qualité de l’air. En pratique, que devez-vous faire?

Dans ce webinaire, trois experts partagent les bonnes pratiques à mettre en place, sur la base des connaissances scientifiques actuelles:

  1. Quelles données collecter et comment les collecter?
  2. Comment analyser la qualité de l’air intérieur ? Quels outils de visualisation à distance utiliser?
  3. Comment détecter en temps réel les écarts par rapport aux seuils? Comment être alerté immédiatement lorsqu’une ventilation est nécessaire?
https://www.youtube.com/watch?v=purXmlSevtc

Intervenants

Samuel Caillou, Researcher in Building Heating & Ventilation at WTCB-CSTC-BBRI

Geert Bellens, Engineer comfort and indoor climate in buildings at Metiz

Frederic Wauters, Product and Innovation Manager at Energis, expert in digital solutions for energy, comfort and air quality monitoring

Sources: WHO, REHVA, WTCB

Articles en lien avec celui:

« Une maison de repos totalement infectée à Montréal : le virus était présent dans l’air « 

« How can ESCOs and facility management companies pursue their activities while protecting their workers and tenants? »

« Monitorer la qualité de l’air intérieur dans les locaux de travail. Un nouvel arrêté apporte des modifications à la norme en vigueur « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *